Revue de presse

Edition régionale du 19/20 sur France 3 ; le 10/03/12 (03″04′–>04″03′) :
http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=cafe_HD_1900_montpellier_jtregional_100312_571_10032012194304_F3

Publicités

Article de Direct Montpellier Plus « COLLECTIF DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS LA MOBILISATION PAIE » Le Mercredi 15 Février 2012

Le Collectif des étudiants étrangers de Montpellier sera reçu pour la première fois, demain à 15 h, en préfecture. «On espère que le préfet fera le nécessaire pour raccourcir les délais d’obtention des titres de séjour et faire en sorte que les étudiants étrangers soient mieux traités», confie Fares, 22 ans, étudiant tunisien en mathématiques à la fac de sciences et responsable des relations extérieures du collectif. Créé il y a un peu plus d’un mois, le mouvement regroupe pour l’instant une trentaine d’étudiants. Mais ils sont bien plus nombreux lorsqu’il s’agit de manifestations. Leur principale revendication : l’abrogation des circulaires Guéant qui compliquent terriblement l’obtention et les renouvellements des titres de séjour. Sur plusieurs fronts à la fois, le collectif se bat aussi pour l’arrêt immédiat des expulsions d’étudiants sans-papiers. Et de rappeler que sans titre de séjour, un étudiant n’a pas de sécurité sociale, ni d’aide au logement. Pour Christine Lazerges, ancienne députée PS de l’Hérault, la circulaire Guéant est « d’une bêtise sans nom car elle va contre les droits fondamentaux et la diversité ». Selon elle, « c’est une richesse incroyable que d’avoir des étudiants étrangers dans une classe». Professeur de Droit à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, elle a parrainé un jeune ingénieur chinois interdit d’emploi car sans-papiers. Concrètement, le collectif souhaite rallier le plus de personnes possible autour de ses revendications. « Parmi les étudiants qui nous ont rejoints, il y a des 2e et 3e années, des doctorants, des Français. C’est très varié », souligne Fares. Comme de nombreux étudiants, lui aussi attend que la préfecture lui envoie son titre de séjour depuis des mois. « À Montpellier, les délais d’obtention sont parmi les plus longs de France», ajoute-t-il. Difficile de savoir combien ils sont dans cette situation. Si des recensements existent, rares sont ceux qui acceptent de donner leur nom pour y participer. Privilégiant l’action locale, comme sur la place de la Comédie il y a deux semaines, le collectif est également en contact avec d’autres organisations, notamment en Ile-de-France. A Montpellier, d’autres manifestations pourraient être organisées courant mars.

Pierre Olivier

š Si vous êtes étudiant et concerné par une
OQTF (Obligation de Quitter le Territoire
Français), contactez le collectif :
coll.etudiantsetrangers.mtp@gmail.com
collectif des étudiants étrangers de
Montpellier